Teréga
Pour Teréga, gérer l’impact environnemental de ses activités est une priorité

Pour Teréga, gérer l’impact environnemental de ses activités est une priorité

Pour être un acteur gazier exemplaire, notre engagement environnemental s’applique à tous les niveaux de notre organisation. En matière de gestion des impacts de notre activité, nous appliquons de façon systématique la méthodologie ÉVITER-RÉDUIRE-COMPENSER (ERC). Une démarche ancrée dans notre projet interne global BE POSITIF.

Comment Teréga inscrit la gestion des impacts dans ses priorités ?

Notre conception de la gestion des impacts de l’activité repose sur la prise en compte des enjeux environnementaux à chaque étape, dès les phases préliminaires d’un projet mais aussi dans l’exploitation de nos installations. Ainsi, dès la phase d’avant chantier puis lors de l’exploitation de nos installations, nous intégrons les aspects environnementaux dans le strict respect de l’application :

  • de la réglementation,

  • des normes,

  • des standards,

  • des procédures internes. 

Nous sommes sans cesse en quête de nouvelles solutions vertueuses.

16 %

d’amélioration de notre performance environnementale en 2019

27 %

de déchets valorisés en 2021

Gestion et valorisation des déchets, Teréga est en première ligne

Depuis 2006, nous appliquons une politique de tri sélectif et de réduction des déchets. Notre engagement repose sur deux principes impératifs :

  • la valorisation et le recyclage des déchets,

  • l’implication de tout le personnel et de nos entreprises prestataires.

Une approche qui nous a permis de valoriser toujours plus de 60% de nos déchets.

Évolution de notre production de déchets et leur valorisation entre 2015 et 2019

Évolution de notre production de déchets et leur valorisation entre 2015 et 2019

Teréga lutte contre les nuisances sonores

Dans notre volonté d’exemplarité, nous avons mis en œuvre des actions pour réduire le niveau sonore de nos installations. Pour cela, nous avons fait appel à des professionnels de l'acoustique afin d’étudier et de mettre en place des solutions qui ont fait leurs preuves. Nous avons par exemple installé des silencieux sur les cheminées des stations de compression de Sauveterre et Lussagnet.

La connaissance des sols, une priorité environnementale absolue pour Teréga

Pour pouvoir opérer une gestion des sols pollués efficiente, il est indispensable de connaître l’état de nos sols. Dès 2009, nous avons entrepris une campagne d’analyse des sols systématique, même si aucune réglementation n’impose cette obligation. Elle a permis d’identifier les zones polluées et de mettre en œuvre des opérations de dépollution. Des solutions de traitement innovantes, comme la valorisation de la matière des terres excavées en cimenterie, ont été adoptées.

Dans le cadre de notre système de management de l’environnement, certifié ISO 14001, nous menons aussi des actions pour contrôler et maîtriser la qualité des eaux et des sols. Des prescriptions précises sont donc diffusées auprès des entreprises intervenantes et des exploitants. Notre volonté est de maîtriser tout risque de déversement à travers diverses mesures comme :

  • stockage de produits chimiques sur rétention,

  • kit anti-pollution sur les sites et dans les engins de chantier,

  • sensibilisation des personnels internes et des équipes intervenantes sur les chantiers,

  • réalisation d'exercice de mise en œuvre des kits anti-pollution,

  • signalement de tout déversement de produit ou découverte de pollution ancienne et mise en place de traitement adéquat.

Stockage de gaz, la surveillance de la nappe chez Teréga

Nos stockages de gaz, à Lussagnet et Izaute, se situent à environ 500 m de profondeur, dans une couche géologique aquifère (roche poreuse imprégnée d’eau) dite « réservoir ». Nous surveillons donc en continu les effets de nos activités de stockage de gaz sur la nappe, en nous appuyant notamment sur les compétences du service Géosciences.

[object Object]

Notre procédure prévoit notamment de suivre :

  • la pression du réservoir (dans la zone occupée par le gaz) et des couches supérieures,

  • la pression dans l’aquifère (autour de la zone en gaz),

  • la qualité des eaux et la qualité du gaz.

Pour comprendre tous ces phénomènes, nous réalisons : 

  • des travaux de surveillance,

  • des travaux de recherche sur l’hydrogéologie régionale avec le BRGM et l’agence de l’eau Adour-Garonne (projet GAIA),

  • des travaux de recherche sur l’impact chimique et biologique du gaz sur la nappe, en particulier avec l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA).

Les reportings associés au suivi de la nappe, c’est quoi ?

Nous transmettons mensuellement à la DREAL les chroniques de pression et de stock de gaz ainsi que le suivi du niveau de la nappe (en périphérie des stockages) et dans la couverture des stockages.

[object Object]

De plus, une fois par an, nous envoyons également : 

  • une synthèse des travaux réalisés (surface et subsurface),

  • un bilan des campagnes de soutirage et d’injection,

  • un bilan du monitoring des pressions (couverture et nappe/réservoir).

En complément, un bilan de la qualité de l’eau et de l’état chimique de la nappe est réalisé sur 17 points de contrôle, situés en périphérie de nos stockages. L’objectif est de contrôler la qualité de l’eau et de montrer l’absence de transfert d’espèces chimiques présentes dans le gaz.