Teréga
Objectif Recherche & Innovation : hydrogène

Objectif Recherche & Innovation : hydrogène

Le développement de l’hydrogène est un enjeu prioritaire pour la transition énergétique, c’est pourquoi la Recherche et Innovation de Teréga s’est fixée un objectif dédié à ce sujet. Notre action proactive passe par l’étude des meilleures solutions de transport et de stockage d’hydrogène afin de construire le réseau européen de demain.

Notre programme R&I sur l’hydrogène

La R&I de Teréga s’est fixée comme objectif de développer et de promouvoir l’écosystème lié à la valorisation de l’hydrogène bas carbone et renouvelable. Pour cela, notre ambition est de mettre en place un ou plusieurs écosystèmes hydrogène complets à l’échelle industrielle, en adaptant nos infrastructures et/ou en construisant de nouvelles infrastructures de transport et de stockage dédiées.

Les grands enjeux auxquels nous devons répondre pour y parvenir sont l’injection d’hydrogène dans nos infrastructures et la garantie d’une qualité de service équivalente quel que soit le gaz ou le mélange de gaz transporté.

Nos projets R&I liés à l’hydrogène

Plusieurs projets ont ainsi été développés chez Teréga et avec des partenaires externes nationaux et internationaux afin d’étudier et de tester à l’échelle industrielle les meilleures solutions pour construire le futur réseau hydrogène.

L’étude de la compatibilité des infrastructures de Teréga à l’hydrogène

En tant qu’opérateur gazier, Téréga doit s'assurer de la compatibilité de ses infrastructures pour permettre le transport et le stockage des gaz renouvelables, dont l’hydrogène. Plusieurs projets sont donc en cours pour répondre aux nouveaux enjeux de sécurité et d'intégrité du réseau engendrés par l'hydrogène :

  • stockage : étude du comportement de l’hydrogène en mélange avec du gaz naturel en aquifères profonds et de son impact sur les équipements des puits,

  • canalisations : analyse de l’impact de l’hydrogène sur les canalisations (impact sur les soudures, sur le processus de fissuration…) et étude des nouvelles contraintes en matière de sécurité industrielle,

  • compression : étude de la compatibilité de nos différents équipements de compression et recompression,

  • matériel gazier : vérification de la performance et de l’étanchéité de notre matériel en présence d’hydrogène, étude de l’impact sur l’analyse du gaz,

  • humain : analyse de l’impact de l’hydrogène sur les techniques de réparation, formation des professionnels à travailler en présence d’hydrogène…

[object Object]

Enceinte sous pression d’hydrogène avec éprouvette de traction.

Le projet HyGéo : stockage massif d’hydrogène

Le projet HyGéo, mené en association avec Hydrogène de France (HDF), a pour objectif d’étudier des solutions de stockage massif d’hydrogène, un aspect important de la logistique de distribution à grande échelle. Le stockage d’hydrogène est également un enjeu prioritaire pour le développement de l’électricité renouvelable, dont la production est intermittente, car il permet de stocker l’électricité grâce au procédé de Power to Gas.

HyGéo est un projet pilote opérationnel dont la mise en exploitation est prévue pour 2027. L’intérêt d’un tel projet est de tester en situation réelle la possibilité de réutiliser les cavités salines souterraines, utilisées auparavant pour le stockage d'hydrocarbures. Réalisé dans une ancienne cavité saline de la commune de Carresse-Cassaber (64) en Nouvelle-Aquitaine, il permettra de stocker environ 1,5 GWh d’hydrogène, ce qui représente l’équivalent de la consommation annuelle de 400 foyers.

Le projet Lacq Hydrogen : maillon du réseau hydrogène européen

Porté par les opérateurs gaziers Teréga et Enagás, le producteur d’hydrogène renouvelable DH2 et l’énergéticien GazelEnergie, le projet franco-espagnol Lacq Hydrogen a pour ambition de devenir un maillon de la chaîne de valeur stratégique de l’hydrogène en Europe. L’objectif est de construire un modèle durable et réplicable de coopération européenne en faveur de l'industrie décarbonée. Un premier maillon de la dorsale hydrogène européenne (European Hydrogen Backbone).

Obtenu par électrolyse de l’eau, l'hydrogène sera produit en Espagne à partir d’électricité solaire et à des coûts très compétitifs grâce à la forte ressource solaire de la région d'Aragon. Le projet approvisionnera une centrale à cycle combiné construite et exploitée par GazelEnergie et située sur le bassin industriel de Lacq (Nouvelle-Aquitaine). Le transport de l’hydrogène vers la centrale de production électrique sera assuré par les réseaux gaziers d’Enagás en Espagne et de Teréga en France. Le recours au site de stockage aquifère de Teréga est aussi envisagé, afin que la centrale soit 100% pilotable. Celle-ci sera alimentée en hydrogène à partir de 2026 et produira une électricité 100% renouvelable et décarbonée,  évitant ainsi l’émission de plus de 700 000 tonnes de CO2/an.